Général Bertrand Soubelet (AA60) : «Chez Arnaud Beltrame, tout respirait l’énergie, le désir de donner le meilleur de lui-même».

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Ancien numéro trois de la gendarmerie nationale, le général Soubelet rend hommage à Arnaud Beltrame, un homme d’exception, qu’il a bien connu.

Le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame est entré par la grande porte au Panthéon de la conscience collective de la France. Il a vécu son engagement pour notre pays et au service des autres jusqu’au sacrifice ultime. Pourquoi ? s’interrogent ceux qui ont perdu toute notion du service et du dévouement. Tout simplement parce qu’Arnaud avait, comme beaucoup d’autres, choisi de servir et de défendre les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. C’est en toute liberté qu’il a décidé ce 23 mars 2018, en mesurant tous les risques, d’échanger sa vie contre celle d’une femme prise en otage par un dangereux fanatique. Telle est la vocation d’un militaire de la gendarmerie de protéger et de sauver des vies en risquant la sienne et cela se produit tous les jours, discrètement, partout en France.

Les standards de notre société sont bien éloignés de tels choix, mais tout au long de sa vie d’homme et de chef, Arnaud a été animé par cette volonté de servir au nom d’un idéal qu’il n’a jamais renié. Son comportement héroïqueinterpelle tous ceux qui n’imaginent pas que l’on puisse dépasser ses propres intérêts et prendre des risques pour autrui. Cette conception individualiste détruit notre société.

Arnaud, était d’une autre trempe et portait en lui, avant même son brillant parcours dans la gendarmerie, ce germe qui fait de lui aujourd’hui un nouveau héros français. Devenir l’homme qu’il restera toujours dans nos mémoires n’arrive pas par hasard. C’est une longue construction qui démarre dans le milieu familial et par l’éducation qui permet de discerner le bien du mal, l’essentiel de l’accessoire et de bien différencier la justesse et les faux-semblants. C’est sur ce socle qu’il a, très jeune, décidé de consacrer sa vie au service de la nation. Parachutiste à deux reprises dans sa carrière, il a connu cette expérience qui permet de faire ce lien entre le ciel et la terre profitant de ces moments uniques et hors du temps pour porter sur l’humanité un regard à la fois bienveillant et lucide. Ses qualités ont été maintes fois mises en exergue par ses chefs mais surtout par ses subordonnés.De la Garde républicaine à Avranches, ils le considéraient tous comme un chef très engagé qui, avant chaque opération, ne laissait jamais rien au hasard. De la place de chacun au moindre détail, tout était pensé. Quand on rencontrait Arnaud, son regard bleu vous pénétrait d’emblée. Ce fut mon cas. Chez lui, tout respirait l’énergie, la vivacité et le désir de donner le meilleur de lui-même. Il fait partie de ceux dont on se souvient, et son rayonnement n’échappait à personne.

«Mon général, la vérité n’a pas de prix»

Arnaud Beltrame

J’ai une affection particulière pour Arnaud, car il fait partie de ces jeunes chefs militaires dont l’idéal ne s’émousse pas malgré les difficultés de la vie.

Comme beaucoup d’autres, il a été présent et nous avons échangé lorsque j’ai connu un moment singulier dans ma vie professionnelle. Ce fut l’occasion de réaliser que les valeurs militaires transcendent les générations et que la distance de la hiérarchie disparaît lorsqu’on aborde l’essentiel. C’est la raison pour laquelle j’avais apprécié ses propos clairs et directs empreints d’une humanité profonde et sans fioritures. Il avait conclu nos échanges de 2014 en me disant: «Mon général, la vérité n’a pas de prix.» Le chemin de la vérité n’est pas toujours simple en effet, mais il s’agissait clairement d’une de ses préoccupations existentielles.

Fidèle à la devise de l’Ecole militaire interarmes dont il était sorti major: «Le travail pour loi et l’honneur comme guide», il incarnait parfaitement une notion aujourd’hui ignorée et qui pourtant donne des perspectives à une vie: le sens du devoir. A elle seule, cette valeur synthétisait pour lui le souci du bien commun, la volonté, l’exigence personnelle et le goût de l’effort.

Arnaud Beltrame appartient à cette catégorie d’hommes qui laissent une trace et avec lesquels partager un bout de chemin est un cadeau, une richesse de la vie

Arnaud Beltrame appartient à cette catégorie d’hommes qui laissent une trace et avec lesquels partager un bout de chemin est un cadeau, une richesse de la vie. Jamais je n’aurais imaginé qu’un jour je serais amené à parler de lui au passé alors que l’avenir s’offrait à lui. Son choix de sauver la vie du dernier otage est en parfaite cohérence avec l’homme qu’il était. Il a fait le don de son existence conformément à son engagement, à sa vocation d’officier confortée par ses convictions personnelles. Il a fait sienne cette si belle phrase du Talmud: «Celui qui sauve une vie sauve toute l’humanité».

Au-delà de son exceptionnel courage et de sa détermination, Arnaud Beltrame nous laisse deux messages. Le premier est fait d’amour: de son prochain et de notre patrie auxquels il a offert sa vie. D’espoir, ensuite. Celui que nous devons conserver, chevillé au corps. Si un homme tel que lui se sacrifie, s’il croit à ce point en l’Autre et en son pays pour donner ce qu’il a de plus précieux, alors rien n’est encore perdu. Mais cet espoir sonne comme un avertissement pour les terroristes. Au sein de la gendarmerie, de la police et des armées françaises, nous avons des bataillons d’Arnaud Beltrame!

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
X